Conférence de Philippe DEMAISON

Thème de la rencontre : LE BONHEUR DANS LA VIE DE TOUS LES JOURS

Pour les soufis, le quotidien n’existe pas s’il s’agit de l’habituel, du temps qui passe. Il en est de même pour le bonheur, lorsqu'on pense au confort de cet habituel. La Vie, de leur point de vue, est bien trop précieuse pour être perçue de façon aussi superficielle ; elle n’est qu’une succession d’instants dans lequel l’habitude crée une continuité illusoire alors qu’à chaque souffle le Miséricordieux ( nafs ar-Rahmân) renouvelle l’existence.

Ainsi les soufis essaient-ils de garder leur cœur tourné vers Lui ( Huwa), le Seigneur des mondes, attentifs à Le servir, libres d’entendre Son appel d’instant en instant. Ainsi espèrent-ils que l’injonction coranique : « Comme il est affligeant le comportement des serviteurs de Dieu ! Pas un envoyé ne vient vers eux sans qu’ils se moquent de Lui. » (Coran S.36, V.30) ne s’appliquera pas à eux.

Pour le reste, le bonheur est avant tout une question d’équilibre entre les différents aspects de l’existence, même si cet équilibre est par nature instable. Ainsi n’attachent-ils qu’une importance relative au mouvement du monde et à ses aléas. Si bonheur il y a, il n’est que l’expression de la Grâce divine qui se manifeste dans l’Apparent et le Caché, dans l’Extérieur et l’Intérieur - qui ne sont que des noms divins où « s’épiphanise » la Présence de l’Unique que les serviteurs du Miséricordieux1 ne cessent d’invoquer et d'en goûter l’Ivresse.

 

 


 

1Les serviteurs du Miséricordieux sont ceux qui marchent humblement sur terre, qui disent « Paix » aux ignorants qu'ils rencontrent (Coran S.25, V.63)

 

lescheminsduvivant@gmail.com

Centre védantique Ramakrishna Paris

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site